DOCUMENTS OFFICIELS DE LA CRAM
DOCUMENT 1

PRODUCTION DE NEIGE DE CULTURERISQUES ET MESURES DE PREVENTION

ORIGINE DE CE DOCUMENT

Appelés à réfléchir et à échanger leurs expériences sur les risques de la profession lors de journées organisées par le service Prévention de la CRAM Rhône-Alpes, les Directeurs des Services des Pistes d'abord (juin 1985), le personnel d'encadrement et d'exécution de ces services ensuite, ont souhaité que leurs travaux soient rassemblés en un document susceptible d'aider
chaque membre de la profession, chaque équipe, chaque service, à organiser la maîtrise des risques dans les
différentes
situations de travail rencontrées.

Les équipes du service des pistes comprennent des fonctions diverses, telles que:

  • pisteurs secouristes (environ les trois quarts de l'effectif)
  • conducteurs d'engins de damage
  • nivoculteurs
  • mécaniciens
  • personnels administratifs.

 

Ce document s'appuie également sur les actions conduites par les services Prévention des CRAM au travers des :

  • analyses des accidents du travail caractéristiques (notamment des accidents à ski)
    • rencontres avec des professionnels de la neige
    • échanges avec les fabricants et les distributeurs d'équipements et de matériels

OBJECTIF ET UTILISATION DE CE DOCUMENT


Il se base sur l'expérience conjuguée des professionnels et des préventeurs (problèmes rencontrés et solutions mises en oeuvre
dans les différentes stations). Il se veut avant tout
un support d'informations et de réflexions.

Il peut permettre à chacun de porter un regard critique sur les situations de travail, de mieux percevoir les risques existants et les causes génératrices d'accidents afin de chercher à y remédier.

Les problèmes sont à traiter de manière spécifique à chaque site, à chaque entreprise. Leur résolution sera l'occasion pour les
équipes chargées de ce travail, en fonction des réalités vécues, de proposer des aménagements, des méthodes, qui allient
sécurité, rapidité et fiabilité dans les interventions.

Qu'il nous soit permis de rappeler que la résolution des problèmes par groupes de travail reste la meilleure façon de sensibiliser et de responsabiliser chacun, dont d'induire des comportements sûrs de manière durable.

- CRAM Aquitaine, Auvergne, Bourgogne Franche-Comté, Sud-Est, Languedoc-Roussillon, Nord-Est, Midi-Pyrénées, Rhône-Alpes.

- SNTF (Syndicat National des Téléphériques de France) 21, chemin des sources 38246 MEYLAN Cedex - Tél : 04.76.90.51.27/ Fax : 04.76.90.49.58

- ADSP (Association Nationale des Directeurs de Pistes et de la Sécurité des Stations de Sports d'Hiver) Service des Pistes BP 260 73155 VAL DISÈRE Cedex - Tél. :   04.79.06.02.10 - Fax : 04.79.06.18.80

- ANPS (Association Nationale des Pisteurs Secouristes) Maison des Associations - 67 Rue Saint Français de Salles - 73000 CHAMBERY - TéL : 04.79.33.95.66 - Fax :   04~79.33.95.73

-ANPNC (Association Nationale des Professionnels de la Neige de Culture) Les Richardes BP 23 - 73150 VAL DISÈRE Cedex Tél. : 06.80.12.82.53 - Fax : 04.79.41.98.18

haut de pageOBJECTIF ET UTILISATIONPRODUCTION DE NEIGE DE CULTURERISQUES ET MESURES DE PREVENTION

PRODUCTION DE NEIGE DE CULTURE

LES ACCIDENTS

Ces dernières années, la production de neige de culture a connu un développement très important.
Sont relatés ci-dessous deux accidents mortels liés à l'installation d'unités de production de neige de culture.

VICTIMES
DATE
CIRCONSTANCES
1 mort conducteur
1996
Ecrasé après le retournement de sa pelle araignée lors du creusement de tranchées d'alimentation de canon à neige
1 mort
1996
noyé dans le lac d'alimentation des canons à neige lors d'essais préléminaires

Deux technoIogies de base existent aujourd'hui pour produire la neige de culture.

  • bifluide (haute pression)
  • monofluide (basse pression)

qui génèrent des risques, certains communs aux deux systèmes, d'autres spécifiques à la technologie utilisée (présence d'un ventilateur sur les systèmes monofluides ... ).

haut de pageOBJECTIF ET UTILISATION PRODUCTION DE NEIGE DE CULTURERISQUES ET MESURES DE PREVENTION


RISQUES ET MESURES DE PRÉVENTION

  • Chute dans les regards : échelle fixe avec crosse escamotable dépassant de 1 mètre, trappe équilibrée de 0,40 m x 0,60 m
    minimum, espace libre pour les pieds au fond du regard avec possibilité de se retourner, fond drainé.
  • Utilisation de l'énergie électrique en milieu humide : matériel de classe Il (à double isolement) alimenté par l'intermédiaire d'un transformateur de séparation des circuits, conforme à la Norme EN 60 742 (NFC 52 742), disposé à l'extérieur de la fosse et n'alimentant qu'un seul récepteur.
  • Eclatement et fouettement des flexibles : raccords type KAMLOCK avec goupille de verrouillage.
  • Manutentions des équipements : points d'ancrage, monorail, potence.
  • Bruit : choisir les techniques les moins bruyantes, insonoriser les postes de commande et les locaux techniques.
  • Mécanique : assurer la protection des organes en mouvement.
  • Travail isolé, travail de nuit : organiser l'assistance due au personnel en situation de travail isolé en créant une chaîne
    d'information continue entre le salarié en question et les organes de secours par :

    - la mise à disposition et l'obligation de port d'équipements individuels du type Protection de Travailleur Isolé (PTI)ou
      Dispositif d' Alarme pour Travailleur Isolé (DATI),

    - Ia mise en place de postes de surveillance, en relation permanente avec le salarié, pouvant à tout moment faire   intervenir les secours,
    -
    l'équipement du site si nécessaire en relais, pour s'affranchir de toute « zone d'ombre »,
    - l'
    écriture d'une procédure en collaboration avec les acteurs eux-mêmes, afin que soient définis leurs rôles respectifs,   les moyens utilisés...,
    - la
    formation des différents acteurs à l'utilisation de cette procédure, afin de leur donner les capacités à réagir   correctement en temps voulu et les sensibiliser sur l'importance de ce travail,
    - de
    s entraînements, simulations permettant aux acteurs d'améliorer leur comportement attendu dans ce genre de   situation,
    - la
    mise en place de contrôles techniques pour s'assurer périodiquement du bon fonctionnement des équipements,
    - la
    mise en place d'audits pour s'assurer du bon usage des procédures par les acteurs et de la pertinence de la   procédure elle-même.

  • Noyade dons les réserves d'eau (lac, bâche, réservoir...)

    - échelle fixe, clôture périphérique avec accès condamnable.
    - berge en pente douce antidérapante.
    - points d'accrochage ou ligne de vie pour l'ancrage d'un équipement de protection individuelle contre les chutes de   hauteur.
    - gilet de sauvetage.

L' analyse effectuée dans les pages précédentes a permis d'inventorier les principaux risques rencontrés et de proposer des
pistes de solutions pour y faire face.


Pour les risques non cités, compte tenu de la complexité des situations de travail, il convient de se référer aux principes généraux
de prévention:

  • Eviter les risques
  • Evaluer les risques subsistants
  • Combattre les risques à la source
  • Adapter le travail à l'homme
  • Tenir compte de l'évolution de la technqiue
  • Remplacer ce qui est dangereux par ce qui ne l'est pas, ou ce qui l'est moins
  • Planifier la prévention
  • Prendre des mesures de protection collective plutôt qu'individuelle
  • Donner des instructions approchées aux travailleurs

La recherche de solutions préventives doit dont s'appuyer sur l'approche des risques en faisant participer l'ensemble
des personnes concernées et compétentes sur les différents thèmes et se décliner en terme d'action dons les quatre domaines:

  • l'environnement: aménagement des sites
  • les hommes: information, formation professionnelle intégrant la prévention, aptitude physique
  • le travail: définition des tâches, organisation du travail et application des procédures
  • Le matériel: adaptation aux tâches, facilité d'entretien

La profession doit s'attacher à maîtriser ses risques pour lesquels le personnel a payé un lourd tribut. C'est une composante de son professionnalisme.

C'est la réflexion d'un Directeur des Pistes : nous nous occupons de la sécurité de nos clients, il faudrait aussi que nous pensions davantage à la nôtre !

Puisse cette brochure l'y aider !

document CRAM RHONE ALPES "sur la bonne piste"

retour page accueil / © www.anpnc.com /FRANCEhaut de page