PREVENTION AU QUOTIDIEN

Haute pression :

Ré-épreuves hydrauliques des flexibles







Faut-il effectuer des ré épreuves des flexibles hydrauliques, utilisés dans nos installations de neige de culture ?  

Il s’agit de définir le bien-fondé de tels essais, l’existence de textes réglementaires ou de recommandations qui définiraient la procédure à suivre ou, en l’absence de tels documents, la détermination de la pression de ré épreuve. Ce point a déjà de nombreuses fois été invoqué par les professionnels connaissant les conditions parfois extrêmes d’utilisation. L’idée majeure se dégageant de cette réflexion collective, tendrait à vouloir remplacer de façon régulière et rotative un certain nombre de flexibles, sans que ceux-là présentent obligatoirement de gros défauts sur leurs enveloppes externes. Mais l’idée d’assigner une limite d’utilisation aux flexibles, de manière à les réformer avant que des dégradations des enveloppes ou sertissages n’aient atteint un  seuil de dangerosité visuel, n’a pas été retenue lors de l’élaboration de la brochure ED 784 publiée par l’INRS en raison de la diversité des conditions de service de ces flexibles et, de l’arbitraire dont serait inévitablement accompagnée une telle mesure. En revanche, la ré épreuve peut représenter un moyen efficace de faire apparaître des défauts qui ne pourraient pas être déceler par un simple examen visuel. On peut craindre aussi que la répétition d’épreuves puisse avoir une influence néfaste sur la résistance générale du flexible, mais il semble toutefois que les défauts de type : Décollements des couches constituant l’enveloppe, ripage du sertissage… S’ils s’aggravent au cours de l’épreuve, ils entraînent de façon systématique la rupture immédiate de sorte que le bénéfice à  en retirer, paraît l’emporter sur l’inconvénient. Cependant, il n’y a aujourd’hui aucune obligation réglementaire de faire ré éprouver ces flexibles, il n’y a d’autre part aucun texte qui définit une procédure à suivre pour ce type de produits. Mais en s’inspirant de la législation en vigueur  sur les équipements en pression, il serait pertinent de se rapprocher des principes suivants : Pour des flexibles neufs, la pression d’épreuve est fixée par le constructeur sous sa responsabilité. Elle ne peut en aucun cas être inférieure à une fois et demi la pression de service maximum admissible. Dans les autres cas et notamment pour les ré épreuves, elle devrait être fixée par la personne qui commandite la ré épreuve ou à celle à qui, elle est imposée. Toutefois, si aucune précision technique n’est apportée au moment de la procédure, nous vous conseillons d’agir comme s’il s’agissait de l’épreuve initiale. Lors de cet essai, si le flexible n’est pas détruit lors de la montée en pression, vous devez procéder à la vérification de son état, une fois la pression stabilisée à la valeur d’épreuve prédéterminée. Dans le cas où, au moment de sa soumission à la pression, le flexible présente des renflements, à des déformations ou à des  débuts de glissements des sertissages, il vous appartient de le signaler sans ambiguïté au propriétaire et constructeur, d’autant plus si son état vous paraît incompatible avec son maintien en service. Quoiqu’il en soit, une surveillance systématique doit être privilégiée face aux dangers de  voisinage pendant une rupture potentielle lors de mise ou maintien en pression.

l' A.N.P.N.C.

retour page accueil / © www.anpnc.com /FRANCEhaut de page